Je viens de me rendre compte que j'avais créer quelques rubriques avant même d'écrire le premier article correspondant.
Je pensais sans doute qu'elles n'apparaîtraient pas tant que cela n'aurait pas été fait...
Et bien non, c'est assez curieux d'ailleurs.
Alors je vous le dis.
Vous qui êtes sur canalblog, assurez-vous de publier le billet avant d'inscrire une nouvelle catégorie ;o) lol

Mais figurez-vous que ça tombe très bien, car j'ai tout un tas de tuyaux et d'adresses qui trouveront leur place ici.

Vous devez penser que le défi que me je me suis imposé n'en est pas vraiment un étant donné la rareté des recettes publiées...
Pour une fois, vous auriez tort.
J'ai pourtant bien tenté de lutter contre mon estomac afin de pouvoir privilégier l'ordinateur mais celui-ci n'a rien voulu savoir.
Je perds à chaque fois à ce jeu là et me retrouve inlassablement devant les fourneaux.
Mais jene suis pas mécontente de devoir subir le diktat de mon estomac.
Selon les saisons, les évènements, les humeurs, les envies culinaires évoluent et fluctuent.
Les fêtes de Noël approchant, je me suis demandée comment harmoniser mon régime nippon à notre culture occidentale.
Bien sûr, il y eut des ratés retentissants.
Mais lorsque l'accord fonctionne, il est étonnant.
Les saveurs du terroir français qui se lie aux grands classiques japonais sont surprenantes, audacieuses et inattendues.
Mais ceci est une autre histoire...

shiitakegareciboulemacmanchLe plus souvent, lorsque nous évoquons les cuisines du monde, le principal obstacle qui nous fait reculer,  réside tout autant dans la difficulté à trouver certains ingrédients que dans l'ignorance que nous nourrissons parfois, à leur égard.
C'est pourquoi j'ai songé qu'il serait agréable, sinon utile, de vous aider à vous familiariser davantage et en douceur, avec les plus courants d'entre eux.

Le champignon shiitaké semble être à cheval entre ces deux facteurs.
Vous avez déjà toutes, ou presque, acheté des shiitaké séchés au chinois du coin, voire même dans une grande surface occidentale.
Moi, aussi j'étais comme vous...  avant de connaître la saveur d'un shiitaké frais.

Je suis consciente que vous n'aurez peut-être pas toutes la chance d'en trouver des frais dans votre région.
Alors, avant de baisser les bras, demandez, renseignez-vous auprés de vos marchands favoris lorsque vous faites le marché, ou allez voir sur internet, ce n'est pas si difficile.
Certes, les frais de port peuvent vous décourager ou vous empêcher d'en commander aussi souvent que ce que vous pourriiez le souhaiter mais tentez le coup au moins une fois.

C'est donc en interrogeant des commerçants que j'ai découvert, très récemment, que ces merveilleuses petites "mycoses" étaient cultivées pas très loin de chez moi...
Juste là, dans ma ville.
On m'a même certifié que ceux qui poussaient à Lyon étaient plus fins, plus parfumés que ceux du Japon !!
Parole de nippon !!
Il est intéressant de savoir qu'il est en fait assez largement cultivé en Europe et donc en France. Il paraît même que la Bretagne en serait un des plus gros producteurs nationaux ?...
Pourtant, même si la Bretagne est une magnifique région, je serais très embêtée de devoir m'y rendre juste pour acheter des shiitaké frais !...

J'avoue qu'il me serait très difficile de revenir aux shiitaké déshydratés si les stocks venaient à manquer.Shiitakeronds
Le shiitaké est beau.
Avant même que les doigts ne se posent sur sa tige d'albâtre, déjà son chapeau charnu, sensuel, velouté, en dégradé de bruns nous envoûte.
Parfois, il est moucheté de tâches plus claires.
Et parfois, les nuances forment des cercles parfaits.
La tête ronde et bien pleine se veut tour à tour symétrique et gourmande.
Mais il est évident que tous n'ont pas voulu se soumettre à la loi du calibrage industriel et relèvent fièrement les flancs en guise de rebellion.
Sa peau de pêche nous donne envie de croquer dedans pour voir s'il est aussi tendre et gonflé qu'il le laisse supposer.
Je retarde toujours le moment de le prendre en bouche pour apprécier le plus possible l'instant " T ", la dégustation.
Son goût est subtil mais parfumé.
La texture de sa chair tendre, délicate et ferme à la fois laisse une impression de soie sur le palais.

Certains aliments sont indéniablement érotiques n'est-ce-pas ?....
D'ailleurs, la cuisine n'est-elle pas qu'une affaire de sens.

En plus de toutes ces qualités , certes subjectives, de très sérieuses études sont en cours sur le potentiel thérapeutique du "lentinula edodes" ( de son nom scientifique).
En effet, il semblerait que ce dernier soit un fortifiant général et qu'il aurait également une action positive sur le système nerveux central (non rien à voir avec le psylocibe ! ).
Très riche en glucides, on lui prête même la capacité de réduire le taux de cholestérol !?...
Aliment plein de surprises à suivre et à dévorer sans modération...

Cib_shiitakefrais

Sur la première photo - et ci-contre- , c'est bien de la ciboule que vous apercevez.
Elle sera le sujet de mon second billet sur les ingrédients japonais.