Le temps des confitures d'été... Quel moment magique.
Un véritable voyage dans le temps et dans l'enfance, du moins pour les chanceux qui ont des grands-parents "faiseurs de confitures" !...
Synonyme pour moi de la grosse lessiveuse de ma grand-mère qui enfermait, souvent des heures durant, couleurs et senteurs féériques.
Les framboises et les fraises étaient si abondantes (merci mère Nature) que ma Chère Grand-Mère était chaque année très occupée à les conditionner en sorbets, en confitures, en gelées, en conserves, au sirop etc ...
Pour le plus grand bonheur de son unique petite-fille adorée. A savoir MOÂ.
Enfin ce, jusqu'à l'arrivée de mon petit cousin Rudy, l'année de mon 7ème anniversaire !!
Scrogneugneu, ma suprématie s'en est trouvée momentanément perturbée.
Heureusement pour moi, il fallait qu'il grandisse avant de pouvoir jouir de ces merveilles...
Je savais d'ores et déjà que cela prendrait un temps certain, ce qui allait me permettre de me goinfrer allègrement.
Et je vous le donne en mille : c'est exactement ce qu'il se passa !!

A ma grande surprise, la période tant redoutée durant laquelle j'allais devoir céder la moitié de mon royaume à ce petit bout d'homme, parce que j'étais bien élevée et que je l'aimais en fin de compte, ne vint jamais.
Je suis restée maîtresse du congélateur et des sucettes à la fraise et à la framboise !...
Il n'était pas gourmand. Quel bol!!
Ou alors sa timidité et son caractère introverti l'empêchèrent de manifester un quelconque enthousiasme devant ces friandises !?...
A moins que ce ne soit moi qui ne lui en ai pas laissé  le temps ?! lol
Et pourtant, il sut faire comprendre à ma grand-mère combien il appréciait sa purée et combien elle était préférable à celle de sa mère !!
Hum... Question métaphysique qu'il faudra que j'aborde avec lui un de ces quatre. ;o)

Aujourd'hui la confiture est symbole de plaisir, de douceur, de souvenirs, de "moments en famille", entre amis , mais elle fait également partie des produits non-indispensables à une alimentation saine et équilibrée.
Cette deuxième observation excluant, paradoxalement, toute notion de plaisir.
Il est vrai qu'avec l'image  éducative, conformiste mais cependant charmante de la "Mamie confiture", on oublie souvent que cette méthode de cuisson n'en était pas réellement une. Il s'agissait avant tout de conserver les fruits - ou autres aliments - en les confisant (si, si c'est comme ça qu'on dit ;o).
D'autre part, l'abondance alimentaire dans laquelle nous vivons, même si elle est inégalement répartie, masque la "récente" démocratisation de la confiture.
Ce n'est que depuis le début du XIX ème qu'elle n'est plus considérée comme produit de luxe (merci à la betterave) !

Aparté :

A propos d'inégalités, avez-vous remarqué la récente et subite fllambée du prix des fruits ?!
Incroyable 4€ le melon !? Soit 3€ de plus en 7 jours, idem pour les abricots ...
Est-ce une conséquence de la seule canicule ? J'en doute.
Encore une fois et comme d'habitude, c'est révoltant... On ne cesse de creuser les disparités et de remplir le fossé de la pauvreté : seuls les plus fortunés vont pouvoir se soigner dignement et manger sainement (nous sommes à la lmiité du pléonasme), bio et/ou équilibré (et quand je dis "fortunés", je ne parle même plus des gens anciennement catalogués comme "petits bourgeois" ou "aisés").
Quelle logique ! Implacable, hein...

Enfin ... Merde ;o)
C'est quand même terrible, ça va revenir plus cher de faire ses propres confitures que d'acheter celles pleines de sucre et de trucs pas très catho des hyper-discountés ou pas ...  C'est le système du serpent qui se mord la queue, très populaire par chez nous.


Quoiqu'il en soit la confiture est une douceur pleine de rires d'enfants, de sourires et de grands-parents radieux !
De petits déjeuners, au petit matin, avec Mamy qui prenait le temps d'avaler son deuxième en-cas avec moi, avant d'aller "aux poules et aux lapins " ... pendant que Papy s'affairait déjà au jardin, profitant de la fraîcheur de l'aurore.
De goûters  où la confiture ça dégouline avec les cousins ou les petits voisins...
De doigts tout collants que l'on se lèche pour les rendre encore plus gluants !!
Puis, plus tard, de sustentations  nocturnes où elles se mariaient aux fromages avec plus ou moins de succès ;o) !
Cela peut paraître très cliché, et ça l'est dans un sens, mais en même temps, je l'ai vécu.
C'était pour de vrai. Et là, ça n'a plus rien de cliché. Il n'y a plus ni marketing, ni inconscient collectif ...

Au-delà d'une tâche attribuée aux grands-mères, la confection des confitures est un hymne à la Terre et au savoir-vivre.
Pour faire une bonne confiture il faut savoir prendre le temps.
Prendre le temps de bien choisir ses fruits, un peu mûrs et même un peu blets. Bien gorgés de soleil. Généreux et savoureux, pour l'oeil comme pour les papilles.
Prendre le temps de les préparer, toute gourmandise dehors !
Prendre le temps de les peser avec les minuscules grains aux allures de diamants qui vont exhaler leur saveur sucrée.
Prendre le temps de les cuire, les naseaux aux aguets...
Le temps des confitures est décalé. Il s'égrène le long de rails qui ne sont plus les nôtres au quotidien...
Il est bon de s'y plonger parfois, ou pour la première fois.

Faire ses confitures c'est un peu prévoir l'hiver et se garder un morceau de soleil pour les soirées au coin du feu ou les réveils givrés.
C'est apprécier, remercier et faire honneur à la Nature pour les bienfaits et la générosité dont elle nous gratifie, malgré tout.

Toutefois, ne soyez pas effrayés lorsque je parle de "prendre son temps ".
Cela ne doit pas vous empêcher de tenter l'expérience, ni même vous donner le champ libre pour abuser d'excuses telles que : trop de boulot, les gones ou autres arguments "futiles" (oui, je sais c'est un peu provoc' , mais vous aimez ça, non ?). On peut faire une merveilleuse confiture en 1 heure !!!

Les confitures sont classiquement constituées pour moitié de fruits et moitié de sucre.
Cependant, vous devez avoir remarqué ma tendance à systématiquement réduire les doses de sucre et cette confiserie n'échappe pas à la règle.
Du coup, il se peut que certains me disent que ce n'est plus de la confiture mais de la compote...
Moui, techniquement ou moléculairement lol, ça peut sembler vrai.
Mais le résultat vous dira le contraire.
Peu sucrée et divinement parfumée avec ses morceaux d'amandes croquantes, de-ci, de-là, la texture de cette confiture est vraiment très éloignée de la compote et sa conservation atteste de son état de confiture -  car  c'est  le sucre qamandui permet la conservation.
Mais je n'en suis pas à mon coup d'essai.
Ainsi avais-je lu que si la quantité de sucre n'était pas suffisante, on risquait de voir se former de la moisissure, ...
Et bien jusqu'à présent, je n'ai rien vu de tel.
Bon, je dois être honnête : je n'ai pas testé la conservation sur une année, aucun pot n'a survécu jusque-là ;o)

Dernière petite précision avant la recette :
J'imagine que certain(e)s ne savaient pas que les noyaux d'abricots contenaient des amandes !...
Enfin, plus exactement, c'est la graine du noyau d'un fruit que nous avons nommée, par extension, amande.
Moi non plus je ne le savais pas avant de le savoir ;o) lol !! Y a pas de honte ;o).
Par conséquent, avant de vous lancer dans la préparation de cette confiture, pensez à vous munir d'un marteau !!

CONFITURE D'ABRICOTS ET LEURS AMANDES, INFUSION DE LAVANDE

Pour 400g de confiture environ :confabr

600g d'abricots mûrs
200g de sucre
1 citron
10cl d'eau
1/2 càs de fleurs de lavande séchées
Amandes effilées (facultatif mais utile si vous avez peur des marteaux ;o)


Tout d'abord, rincer les abricots et les essuyer.
Les couper en deux pour les dénoyauter.
Conserver une dizaine de noyaux.
A l'aide d'un marteau, "pulvériser délicatement" ;o) le noyau afin d'en extraire l'amande qui s'y cache.
Faites attention car le noyau est dur, il faut taper fort et par conséquent les risques de broyer l'amande, par la même occasion, sont grands ;o) !!
Les éplucher avec un couteau d'office, ou une lame assez mince.
Malgré les apparences, ce n'est pas bien compliqué et la fine peau qui les recouvre s'enlève presque d'elle-même sur les amandes fraîches.
Emincer les amandes.
Verser l'eau dans une bassine à confiture, une casserole en cuivre ou une casserole à fond épais, avec le sucre, la lavande et le jus de citron.
Faire fondre à feu doux, sans cesser de mélanger puis amener à ébullition et la maintenir pendant une minute.
Retirer les fleurs de lavande à l'aide d'une fine passoire ou d'un écumoire.
Plonger les abricots coupés en deux ou en quatre, selon vos préférences, dans ce sirop, ainsi que les amandes, sans baisser le feu.
Poursuivre la cuisson environ 15mn à partir de la reprise de l'ébullition.
Mélanger de temps  à autre et écumer. Les abricots sont des fruits qui font beaucoup d'écume.
En fait, l'utilité d'ôter cette belle écume est indispensable pour une bonne conservation. Sinon, cette partie non-cuite pourirait rapidement...
Dès que les bulles commencent à épaissir, vérifier la cuisson en déposant un peu de confiture sur une assiette froide.
Si elle fige, on peut la retirer du feu.
Ecumer une dernière fois .
Laisser refroidir avant la mise en pots ou bien l'effectuer immédiatement, au choix.

confiotabrconfitabrcam














Nous avons a-do-ré cette confiture au goût de fruits si prononcé.
Et ce subtil parfum de fleur en note finale, une merveille.
Désormais, un must.
Je n'en ai pas suffisamment fait, il n'en reste déjà plus. Et hélas les abricots sont hors de prix : au mieux juste pour cette semaine, au pire jusqu'à la fin des stocks. Même les abricots à confiture ont atteint le prix du caviar ! De qui se moque-t-on ?!!!