TarteexpressallParce que j'ai envie de fruits rouges 365jours/365, et que grâce à un maraîcher extraordinaire sur le marché avenue des Frères Lumières, je suis en mesure de combler ces envies toute l'année.
Certes, c'est plus cher.
Mais de temps en temps, à la place des fruits surgelés, qui sont parfaits également, c'est un de ces petits plaisirs qui ensoleillent une journée.

Alors en ce premier dimanche de novembre, profitant des derniers rayons de soleil suffisamment chauds pour que l'on puisse se prélasser sur une terrasse ou sur un banc, dans un parc pour un goûter improvisé (et téméraire), j'ai sorti un de mes rares magazines culinaires estivals et j'ai cherché une recette colorée, pleine de vie et de chaleur.


Avant de me lancer dans l'aventure du blog, j'achetais régulièrement des magazines sur le théâtre, le cinéma mais jamais sur la cuisine.
C'est simple, je n'y faisais même pas attention.
Pour moi, l'atelier culinaire de la presse se résumait aux pages cuisine des vieux Modes et travaux, Femme actuelle et, plus récemment, Fémina que ma grand-mère recyclait en les faisant passer à sa fille, friande de mots fléchés ou autres croisés.
Hélas, la pauvre les retrouvait la plupart du temps aux 3/4 griffonnés par mes soins.
Sans parler des illustrations ou photos de pipol soigneusement "grimées" à coup de bic noir !! lol
Mais que celle qui  n'a jamais défiguré un mannequin ou un acteur me jette la première pierre...

Outre ces quelques farces enfantines, je prenais un immense plaisir à déchirer les dossiers cuisine que je collais sagement dans mes cahiers, sous les yeux ébahis de ma grand-mère qui, déjà, me prenait pour une virtuose des fourneaux depuis que je lui avais mitonné les fameux émincés de boeuf à la crème.
Comme la plupart des petites filles, je confectionnais des gâteaux, au chocolat de préférence, des charlottes, parce que je collectionnais les poupées Charlotte aux fraises et ses copines aux senteurs divines de mûre ou de fraise synthétiques et surtout moult desserts, parce que la gourmandise m'avait déjà faite sienne !!
D'aussi loin que je me souvienne, j'ai donc toujours mis mon grain de sel dans la cuisine.

Mon père, grand amateur de bonne chère devant l'éternel, s'est chargé de parfaire mon éducation papillaire et de développer la curiosité nécessaire à tout bon épicurien qui se respecte.
Grâce à lui, j'ai appris à aimer manger.
A manger pour le plaisir et non pour seulement me nourrir.
A comprendre la philosophie de la table et l'acte même de se sustenter.
Il n'est certes pas le seul responsable de cet amour du partage, sans mes grands-parents maternels et l'incommensurable générosité qui régnait dans leur maison, ouverte aux quatre vents, je ne crois pas que j'eusse compris si jeune le lien fort qui unit des individus, attablés autour d'un repas.
Fusse-t-il copieux ou frugal, raffiné ou sans chichis.
Il y a tant de choses à dire sur la relation que l'on a avec la nourriture, depuis la nuit des temps, et ce n'est pas Ségolène qui me contredirait, je pense.
Mais je ne vais pas vous faire une thèse, enfin, pas maintenant ;o)
Notre historienne de l'alimentation favorite le fait bien mieux et surtout plus régulièrement, sur son blog.
Ses publications sur l'évolution de la salle à manger(clic) sont d'ailleurs fort intéressantes.

Bien, après avoir légèrement dévié du sujet initial en effleurant,à la vitesse de l'éclair, mon enfance, et pour clore  "l'étude" de nos rapports à la nourriture et l'histoire de celle-ci, revenons aux magazines culinaires.

A chaque fois que je me suis attardée sur ce rayon, chez mon buraliste, j'ai toujours été impressionnée par le nombre de publications existantes.
Sans parler des écarts de prix !!
En tant que profane, mon étonnement vous amusera peut-être, mais cela a-t-il toujours été ?
Cette presse a-t-elle été toujours aussi fournie ?

Je veux bien admettre que dans le pays de la gastronomie, leur place soit imposante mais tout de même ...
J'ai commencé par tester un Régal, un Saveurs et les deux petits nouveaux de la bande - Guide cuisine et Cuisine actuelle  - en décembre dernier.
Les différences semblent évidentes :
outre le tarif, élevé, des deux premiers, il y a l'épaisseur, les photos, le nombre de recettes mais aussi le contenu et la pub.
Si j'ai apprécié trouver plus de recettes que de bla-bla et de pubs dans les petits prix(!?) - à savoir Guide cuisine et Cuisine actuelle - je dois admettre que Régal m'a vraiment séduite par la beauté des photos, les voyages et les reportages autour de l'art culinaire qui nous sont proposés; sans parler des recettes qui sont extrêmement originales.

Saveurs m'a plu, dans la même catégorie que Régal, mais je garde encore le souvenir d'un trop plein de pubs et de bavardages pas forcément utiles... Ainsi qu'une forte déception quant aux promesses non tenues par une si jolie couverture.

Depuis ce premier essai, j'ai arpenté les pages d' Elle à table , qui récolte dans la junglosphère internationale un grand nombre d'échos positifs, voire fanatiques ;o). Et j'ai réitéré avec Régal et les "Juniors".
Elle ne m'a pas complètement séduite.
Tout d'abord parce qu'il remporte, loin devant, la palme du trop de pubs, de papotages ou de "trucs dits de fille" (genre nouvelle vaisselle etc). Si j'avais voulu des idées déco, j'aurais pris Elle déco, non!! ;o)
Enfin, c'est un "Elle", quoi !
Malgré tout, les recettes demeurent plaisantes et les photos sont superbes.

Pourtant, à niveau égal, Régal a recueilli tous mes suffrages, pour le moment.
Attention, cela ne signifie pas que chaque mois, je me pécipite pour acheter mon Régal, mon Elle ou autre ... ce privilège est toujours réservé au cinéma, théâtre et/ou littérature.
Cependant, je me laisse désormais plus facilement tenter lorsque je vois une belle couverture ou un dossier intéressant.
Et c'est là que j'en arrive au Régal d'août-septembre.

Cette couverture sur la façon de faire des glaces sans machine avait été faite pour moi ;o).
J'ai tellement râlé cet été devant toutes ces gelati qui fleurissaient sur vos blogs que ... je n'ai toujours pas acheté de sorbetière !lol
Pas besoin que je me disais. Je peux faire autrement.

Et c'est bien le cas, merci Régal !! ;o)
Bien sûr, je ne vais pas pouvoir faire de somptueuses et crémeuses ice cream façon Ben & Jerry's mais je ne suis plus la paria des glaces! Ha !

En plus des glaces, il y a un superbe dossier sur les aubergines et... et ... une sublime recette de tarte fraises-mascarpone express.
J'ai juste ajouté des framboises et choisi d'autres biscuits.
Allez, hop, on passe aux choses sérieuses pour celles qui n'ont pas ce magazine ;o)

TARTE EXPRESS FRAISES-FRAMBOISES AU MASCARPONE


Pour 6 personnes :Tarteexmascarmacro

300g
de fraises
200g de framboises
60g de beurre
20g de vergeoise blonde
40g de sucre glace
170g de mascarpone
1 sachet de sucre vanillé
100g de digestive biscuits au chocolat (à défaut des biscuits à thé type Lu)



Faire fondre le beurre.
Ecraser les biscuits au rouleau ou au robot !
S'il reste des gros morceaux, les écraser avec les doigts.
Mélanger les biscuits émiettés et le sucre.
Verser le beurre fondu sur les miettes et remuer afin d'obtenir une texture proche du sable mouillé.
Répartir ce "fond de tarte" dans le moule, égaliser et tasser avec un ramequin.
Lisser les bords.
Placer au frigo.


Tartexpmascaprof
Pendant ce temps
, préparer les fraises et les réserver sur un papier absorbant.
Mélanger la mascarpone, le sucre glace et le sucre vanillé  la fourchette.
Sortir le fond de tarte et étaler la crème au mascarpone dessus.
Répartir fraises et framboises entières (ou non,vous décidez)  sur leur base, bien à plat et en les serrant le plus possible.
Réserver au frais jusqu'au moment de servir.




Tartexpressinside


Ma mère avait immédiatement repéré cette tarte et je dois dire que c'est un peu pour elle que je l'ai faite. Et croyez-moi, elle n'a pas été déçue !
Moi non plus !
Un véritable délice, légère, parfumée, onctueuse...
Mmmmm ...
Je ne vous dis que ça !


P.S:

Hélas, mon appareil m'ayant plus ou moins lâchée et n'ayant que trop peu de temps pour cuisiner aux heures "ouvrables" de monsieur Soleil (et oui, les jours raccourcissent) , la plupart de mes photos sont prises en intérieur et sous lumière artificielle (sans flash ! berk !).
Ce n'est pas aussi beau mais c'est mieux que rien ;o)