Ou comment accomoder des restes de viande hachée comme j'aime !
C'est-à-dire le plus japonisant possible ! lol
Comme vous avez peut-être pu le constater, je ne manque pas une occasion de "soleil-levantiser" mes plats lorsque je ne fais pas carrément de la cuisine Japonaise traditionnelle ou "nouvelle"...

Eh oui...
"A mon corps défendant, ce n'est pas ma faute", disait Valmont à Mme de Tourvel...

Il me restait 220g de viande hachée : pas vraiment assez pour faire une autre variante de hachis.
Ensuite, j'avais d'autres idées que le boeuf pour broder autour de ce plat.
Oui , mais voilà, 200g de viande ça n'est tout de même pas rien !
Qu'allais-je bien pouvoir en faire ?...

Je voulais un plat sain, complet, équilibré et un peu "exotique".
Mais c'est bien sûr !...
C'est exactement la description d'un plat traditionnel Japonais !

Un mets à base de viande... de boeuf...
Tiens, cela me fait penser à mes envies de Boeuf de Kobé.
Vous ne connaissez pas ?! Le meilleur bovin de tout le Japon, dont la viande, très tendre et persillée (marbrée de graisse) est très, très prisée.
Les prix peuvent atteindre des sommets ( 50€ le kilo !) mais hélas, le boeuf de Kobé AOC ne s'exporte pas.
Les américains en élèvent sur la côté ouest, en Californie entre autre, mais d'après ce que je sais, ils ne peuvent pas lui donner l'appellation boeuf de Kobé, même si les conditions d'élevage semblent similaires.
Bref, je vous en reparlerai une autre fois car j'ai de fabuleuses recettes mais le problème est que je n'ai pas vraiment trouvé d'équivalent en France ! C'est un monde n'est-ce-pas !
Pour finir, certaines m'avaient demandé quelle partie du boeuf utiliser pour le Sukiyaki.
Et bien le boeuf de Kobé est idéal hélas...
J'avais omis cette réponse en sachant que personne dans notre beau pays n'en trouverait mais j'avais oublié que le net est international et que, peut-être, les lectrices en exil auraient la chance de dénicher cette viande rarissime.

Je tenais mon dîner :  Boeuf façon Sukiyaki sur un lit de gohan  ou Sukiyaki Donburi arrangé à ma sauce un peu quand même ! Ah !... ;o)

Petite précision : j'avais envie de poireau mais je n'avais plus ce légume en stock. C'est pourquoi vous le trouverez inscrit en tre parenthèses à côté du poivron ;)

poeleesukiyakiweb1
POÊLEE DE BOEUF SUKIYAKI

Pour 3 personnes :

220g
de viande de boeuf (hachée)
1 poivron (ou 1 poireau)
1 oignon         
2 oeufs
1 1/2 verres de riz cru japonais (californien, rond, à dessert)
2 verres d'eau
1 càs d'huile de sésame
1 càs rase de sucre + 2 càc
1 1/2 cl de vin blanc + 1 càs
3 cl
de sauce soja + 3 càs
2 cl de
saké de cuisine* + 2 càs
Poivre - Ciboulette



Comme vous l'avez compris, c'est parce que j'avais des restes que j'ai utilisé ce type de viande mais la même chose est possible avec une pièce de boeuf tendre.
Dans ce cas-là, vous l'émincez.
Puis dans une assiette creuse l'arroser de 3 càs de sauce soja, 2 càs de saké de cuisine*; 1 càs de sucre et 1 càs de vin blanc.
Laisser mariner.
Faire cuire le riz comme indiqué ici.
Pendant ce temps, émincer grossièrement l'oignon et le poivron.
Battre les oeufs à la fourchette et réserver.
Faire chauffer l'huile dans une poêle avec 1 càc de sucre.
Lorsque ce dernier a fondu, ajouter la viande que l'on mouillera avec la marinade en cours de cuisson.
Réserver.
Dans la même poêle, faire dorer l'oignon et le poivron jusqu'à ce qu'ils soient tendres.
Ajouter la viande et le reste de saké, sauce soja, sucre et vin blanc.
Poivrer et laisser mijoter 3mn à feu doux.
Verser les oeufs battus sans mélanger, couvrir et laisser mijoter une minute supplémentaire.
Dans un grand bol, disposer du riz, ajouter la viande par-dessus et parsemer de ciboulette ciselée.
(Vous pouvez mettre le tout dans un grand plat ou servir en bols individuels.)

poelsukiweb1
* C'est en allant me ravitailler ce vendredi que l'honnêteté de la patronne de l'épicerie japonaise m'a interpellée.
Depuis le temps que je propose des recettes contenant du saké, j'aurais dû y penser de moi-même et vous en parlez dès le début.
En effet, le saké c'est comme le vin blanc chez nous : il y a celui pour cuisiner et celui que l'on boit.
Et, évidemment, non seulement la qualité n'est pas la même mais le prix est aussi très différent !
Le saké de cuisine, à l'inverse du saké à boire, sera obtenu grâce à une fermentation accélérée.
Alors n'achetez plus de saké hors de prix pour vos préparations culinaires... sauf si la recette le demande mais entre nous, si les recettes françaises à base de Sauternes ne sont pas légions, il est encore plus rare de voir des japonais cuisiner au saké millésimé ! ;) Ils préfèreront le boire et de loin !


ITADAKIMASU !!!