basic_2Par respect pour les gens qui ont dû travailler à la réalisation de ce navet, je publie la photo de l'affiche mais croyez-moi, c'est déjà lui faire trop de pub !!...

Comme si cela ne suffisait pas, arrivée devant le cinéma, l'heure était trop avancée pour pouvoir accéder à la salle qui projetait Romanzo Criminale.
J'ai eu beau dire et gesticuler, rien n'y fît.

C'était un complot. J'en étais sûre, désormais.
Non seulement ce week-end; doublement important au demeurant, car il marquait également "notre anniversaire" (oui, oui, en z'amoureux et tout et tout...); se termine en queue de poisson très avarié mais en plus il fallait que le "dieu UGC " et ses sous-fifres soient particulièrement mesquins et désagréables.
Et je n'étais pas d'humeur.
Sachez mesdames et messieurs les corrompus d'UGC que votre chance fut grande : d'une, que je ne fusse pas en verve et si désappointée que cela outrepassait la simple notion de pacifisme , et de deux, que Miss Gnarc, sixième dan de kung-fu, fasse la sieste tant elle était dégoûtée et ivre - surtout - à cause de la mauvauise blague du week-end !...

Bref, je me décidais à aller voir Basic Instinct 2 car de toute façon;  bien que je susse (si c'est correct! ) parfaitement quelle daube cela devait être; je savais pertinemment que j'irais un jour ou l'autre.
En effet, je suis assez "bon public", ce qui est paradoxal avec mon côté cinéphile certes mais en totale harmonie avec mon côté cinéphage et avec ma devise :
" Critique ce que tu connais et ne parle pas sans savoir ".
Je vois donc un maximum de films.
Parce que j'adore le cinéma.
J'aime tous les cinémas y compris celui qui n'est là que pour divertir,  mais je n'adore que la qualité...
(vous me suivez ?!)
Mon plus gros navet cinématographique ?
Hélas, il y en a beaucoup étant donné la piètre qualité que l'on offre au public bovin que nombre d'entre nous sommes devenus.
Oui, je sais je suis dure dans la critique mais ce n'est pas gratuit. 
Cependant, aujourd'hui je dois avouer, et je ne fais plus la maligne là,non.
Mon pire forfait fut de voir la quasi totalité des films de JC Vandamme... Hui !... et de Steven Seagal ... Bouhouhouhou
J'en rougis encore. Mais j'ai une excuse.
Je l'ai fait par amour !
Ah alors ! Vous voyez... Ca compte ça non ?

Mais nous nous éloignons du sujet.
Ce qui est tout à fait normal d'ailleurs, tant ce prétendu film a du mal à capter notre attention.
Ouiiii, même lorsque Sharon se dénude.

"Mon dieu" il y a longtemps que je n'avais vu un tel navet qui se la joue en plus.
Et il y en a des bides, tous les ans, tous les mois...
Mais sincèrement faire autant de raffût (pour aider Miss Stone à se remettre en selle, d'accord; mais dites-moi où se trouve son Qi monstre au moment du choix de scénario ?!) pour ça, quelle honte !

Tout d'abord, quel besoin avait-on de donner une suite au premier ?
Beaucoup de ram-dam à l'époque, déjà.
Nous sommes à Cannes en 1992 et devinez ce qui va faire trembler la Croisette !?...
J'vous le donne en mille, pas d'évolution... Darwin, t'as rien compris... des milliers d'années d'Histoire Humaine et  en 1992 la populace et les médias encensent  : une foufoune dans l'ombre !!!
Merci Freud, on y rajoute l'argent et voici l'essence même de l'humanité.
Waoooh Et fiers de l'être en plus hein ;) lol

 Paul Verhoeven à la réalisation et Miss Stone qui décroise les jambes... Il nous en faut très, très peu pour que l'on en fasse des caisses. Enfin, "on" ... surtout les médias !
Le scénario n'est pas mauvais, classique pour un polar mais le film est lourd, mal joué et saccadé (c'est mon avis).

Hélas, P.Verhoeven n'a pas une place primordiale au palmarès des grands bons réalisateurs.chair_et_sang
Son meilleur film est, pour moi, La chair et le sang - 1985, ensuite il plonge très vite dans le commercial - Robocop, Total Recall, L'homme Invisible ... -.
Je ne le blâme pas, il faut bien manger et divertir est un beau métier tout de même, mais je ne comprends pas l'espèce d'aura "d'auteur" qui plane au-dessus de sa tête  ?... Encore un coup des médias. Bon.

Bref, vous allez me dire :
"Oui mais là c'est Michael caton-Jones qui fait le filmeuh !"
Ah. Oui. Lui... Mais c'est qui ?
J'avoue que, bien qu'ayant vu un ou deux films de ce réal, jamais je n'avais retenu son nom - donc son film...-.
Après prise d'informations, ce monsieur a fait Rob Roy et Blessures Secrètes.
Il a dirigé De Niro deux fois, certes, mais sont-ce  des rôles que le bonhomme a transcendés et qui ont marqué le public ?... A vous de me dire.

Tout va mal dans cette suite inutile et idiote.
C'est bête, c'est mal filmé, les quelques références au premier et à d'autres films sont voyantes et grossières.
Seule constante : c'est mal joué !
Bon sang mais qu'est-ce-que Charlotte Rampling vient faire dans ce carnage ?
Voilà une femme qui aurait fait une Catherine Tramell fabuleuse et sans forcer : le glamour et le mystère sont innés chez elle.
Hélas, trop âgée pour ce rôle, elle se voit confié un rôle secondaire qui  ne suffit pas à rattrapper le désastre environnant.
Le pseudo "érotisme" - unique motivation de beaucoup de spectateurs - est laid et salace.
Le scénario est pauvre et sans surprises.
L'image se veut (porno) chic et tendance, l'atmosphère énigmatique et tendue mais on s'ennuie à mourir.
Peut-être auraient-ils dû demander conseil aux réalisateurs de Derrick, au moins auraient-ils conquis un nouveau public : le quatrième âge.
Sharon Stone est au sommet de sa nullité de jeu. Et même son "glamour" est inexistant lorsqu'elle ouvre la bouche et gigote.
Et pourtant, je l'ai vue joué -au moins- juste, il y a peu, dans Broken Flowers.
Alors oui, j'espère être comme elle à 48 ans : avoir eu les moyens de me refaire les seins et d'autres choses et avoir eu assez de temps à passer avec mon coach personnel...

La critique est quasi unanime autour de ce pur navet, excepté Studio Magazine (honte à moi qui l'achète... je vais réviser mon jugement ;) ) qui lui met 3 étoiles  (clic pour lire).
Je suis cependant toujours surprise de lire les critiques de cinéma parler aussi couramment du physique des acteurs et des actrices comme si cela était un talent, un "bien" nécessaire à la qualité d'un film !?...
Ainsi, TélécinéObs , malgré une critique sans pitié, écrit : "...la seule raison de voir Basic Instinct2,  c'est Sharon Stone qui, à 48 ans , est sublime..." Affligeant.

Pour finir, ce qui me choque le plus, c'est de voir, à titre indicatif, qu'il y a tout de même 21 critiques 4 étoiles contre 19 zéro étoile chez les spectateurs d'allociné.
21/74 critiques ... C'est énorme surtout si l'on y ajoute les 9 trois étoiles et les 11 deux étoiles !

Ca, ça me fait peur...

Le mot de la fin pour Michael (Caton-Jones, non rien à voir avec Zeta-Jones, si ce n'est ... le talent !! lol mdr ouh la méchante) :
Pauvre homme, je crains qu'après ce cuisant échec; du moins critique, car la curiosité aura sans doute amorti ces messieurs de la production; il ait du mal à monter un projet plus personnel donc plus "risqué" pour les requins ;) d'Hollywood.

Suivez mon conseil :
Allez acheter des fleurs à votre amour, achetez-vous une glace géante chez le meilleur glacier italien du coin ou encore faites-vous une cagnotte "spéciale navets ciné" et à chaque fois que vous vous êtes épargnés ce genre de film, mettez le budget que vous y auriez consacré dedans, je vous assure qu'au bout d'un an, c'est un joli voyage ;) lol

N.B : je sais que ce billet peut vous faire dire que j'ai fait une pub gigantesque au film mais non, je n'ai pas été payée ... lol